Well beyond Alexander: An interview with Pierre Briant, part 1 (Français, English, فارسي, Türkçe)

Well beyond Alexander: An interview with Pierre Briant, part 1 (Français, English, فارسي, Türkçe)

Voir ci-dessous pour version française 

فارسی : PB interview Persian ; Türkçe: Interview_Briant_Turkçe

Pierre Briant is Honorary Professor at the Collège de France, where he held the Chair of History and civilization of the Achaemenid world and of Alexander’s empire from 1999 to 2012. He has published extensively on a wide variety of topics, including the Persian Empire, the relationships between Darius and Alexander, and the historiography of Alexander the Great. He is also the founder of Achemenet. His latest monograph, Alexandre. Exégèse des lieux communs, came out in 2016. This 2-part interview is the result of a long conversation between Pierre Briant and myself, which took place via facetime in May 2017. The many topics we discussed allowed us to look back at over half a century of scholarship in the fields of Classics, ancient history, archaeology, reception and postcolonial studies.

The English translation is mine. We owe the Persian one to Sara Mashayekh. We are very grateful to her, as well as to Prof. Touraj Daryaee, Director of the Samuel Jordan Center for Persian Studies and Culture at University of California, Irvine, for their generous help. The Turkish translation was done by Nilda Taşköprü, Executive Secretary of the Institut d’études anatoliennes d’Istanbul‘s Director, Dr Jean-François Pérouse. We wish to thank them both warmly for their kind support.

Katherine Blouin

 

Katherine Blouin : Where does your interest for Classical Studies and Achaemenid history come from?

Pierre Briant : I did my graduate studies at the University of Poitiers in the early 1960s. I was very quickly interested by Greek history (I liked ancient Greek, which I had learned when I was very young). When I prepared my agrégation [a competitive postgraduate examination aimed at the top-level members of the teaching profession] in 1964-1965, the question for the ancient history program was on the Hellenistic world. That’s when my passion for this period started to develop. I read for instance Rostovtzeff (Social and Economic History of the Hellenistic World, 1941), and I’ve remained deeply influenced by his approach, which highlighted continuities between the Achaemenid and Hellenistic worlds. In 1965, after having received the agrégation, I started working on a Ph.D. that focused on Antigonus I Monophthalmus, one of Alexander’s successors, under the supervision of Pierre Lévêque. At the time, I was a high school teacher in Montpellier, where I remained until 1967. That year, I was hired as an Assistant in ancient history at the University of Tours. From that moment on, I had more time to work on my thesis, which I defended in Besançon in 1972.

After my thesis, Pierre Lévêque asked me what I was planning on doing. I told him I had projects on the diadochi, it was a bit vague. He then told me : “I’ve been asked to update the Que sais-je on Alexander by Paul Cloché, but I don’t have the time, I have too much work. Would you want to do it?” I said yes. I read Paul Cloché’s Que sais-je and it was so far away from what I wanted to do, so narrative, that I wrote to the Presses Universitaires de France to tell them that what I could do was to completely rewrite the book. They accepted, so this Que sais-je came out in 1974. It is while I was preparing this volume and working on Asia Minor and Phrygia under Antigonus that I started being attracted to the Achaemenids. My Ph.D. work had led me to work on the issues related to the transition between the Achaemenids and the diadochi. This is when I got confronted for the first time to the problem of continuities vs ruptures, as I studied more closely a passage from Plutarch (Eum. 8; see Antigone le Borgne, 1973, p.80-89); for the first time, I was in a situation that allowed me to discuss Rostovtzeff’s theses. I came back to it afterwards, in an article that discusses this specific problem (see Rois, tributs et paysans, 1982, pp. 95-135).

More generally, to come back on the general context of the early 70s, I was reading everywhere that everything had changed after Alexander’s conquest, that there was a sudden passage from a phase A to a phase B. Yet no one was explaining what the phase A was, neither the specialists of Achaemenid history (despite the interesting Olmstead’s History of the Persian empire [1948]), nor the authors of the so numerous books on Alexander. Since I couldn’t find the answer anywhere, I started to work by myself on this phase A. That’s how I gradually entered Achaemenid history, via the history of Alexander.

Starting from 1974-1975, I kept on working on these topics while preparing a study (published in 1976 in Dialogues d’histoire ancienne) on what Greek authors called the mountain brigands of the Persian Empire, and more specifically those of the Achaemenid Zagros. The idea was that these brigands were threatening even royal residences, including Persepolis. By going back to the textual evidence, I showed that this was a very partial, and false, vision of the relationships between the Great King and the peoples of the Zagros in Achaemenid times, which relied, rather, on gifts and counter-gifts. This is when I started going beyond the Classical sources (without abandoning them, of course), and working on the Persepolis tablets (a corpus which was then almost unknown by Classical scholars). I remember that in 1970, I had asked the University of Tours’ library to buy Richard Hallock’s 1969 volume (Persepolis Fortification Tablets): the librarian was quite surprised to see me interested in those matters. From then on, the history of the Achaemenids, of Alexander, and of the diadochi was a united one. This is why in 1999, when I entered the Collège de France, I named my chair « History and civilization of the Achaemenid world and of Alexander’s empire ».

KB: Speaking of which, I was struck by the name of your chair inasmuch as my impression was that it encapsulates your conception of the Achaemenid world. Was it for you a way to challenge the traditional disciplinary boundaries in the field of ancient history?

PB: Yes, for sure. I like to see myself as a “passeur”, because to study the transition between the Achaemenid and Hellenistic world requires one to combine all at once sources and questions that, until then, belonged to different, mostly separate fields. Things have now changed, especially among those who work on Babylonia or Hellenistic Egypt; they are aware of the necessity to take into account what has traditionally been called the ‘pre-Hellenistic period’ (a questionable expression with a teleological twist). But a lot still needs to be done, especially when we look at Hellenistic history textbooks. They start either with Alexander or with his death. All of a sudden, a world appears, and students have no idea of what existed before.

KB: Indeed. One of the things I find particularly frustrating when I teach introductory courses of ‘Greek’ or ‘Roman’ history is the delay between the rhythm at which scholarship evolves, and that at which textbooks are being updated. Do you have any thoughts on how this issue could be better addressed?

PB: Publishers are partly to blame because they like to ceaselessly reuse the same categories. For them, there is Classical Greece and the Hellenistic world, but the Achaemenid world is often absent. Teachers are also partly to blame since in universities, ancient history is generally – although there are exceptions – reduced to ancient Greece and Rome. It would be necessary, I think, even though I’m aware that this is not an easy task, for whoever is contacted by a publisher to impose his/her scholarly vision. In the case of a Hellenistic history textbook, the Achaemenid world ought to be present, not so much to stress continuities in all domains, but also to show students the nature and rhythm of the changes brought about by the Hellenistic kingdoms. To be perfectly honest, I must say that I felt a strong resistance from my colleagues when I was at the University of Toulouse (1974-1999). I taught Achaemenid history there and in 1996, I think, I created an introductory module dedicated to ancient Near Eastern history. Many students enrolled, but some colleagues were telling me that it was preferable to focus on Greece and Rome, instead of dedicating time to fields that did not concern “us”. As you can see, it is very hard to change things. But I am not completely without hope, even though my reasoned optimism sometimes hits itself on the wall of reality. It is now up to your generation to change things.

KB: To come back to the question of the relationship between academics and editors. I think that those of us who have permanent, secure positions are less vulnerable than junior or unemployed scholars. That being said, do you think that more senior scholars have more of a responsibility?

PB: Yes, for sure. But senior scholars ought to have understood what the issue is, and this is not always the case. As I’ve said, things change (as shows, for instance, the recent French textbook Les mondes hellénistiques published in 2017 by Clancier, Coloru and Gorre), but too slowly for my taste . There is still this break between the Aegean and Near Eastern world. When we created the Rencontres d’histoire économique de Saint-Bertrand de Comminges, we (Jean Andreau, Raymond Descat and myself) in the early 1990s, we made it a point to invite specialists of Rome, Greece and the Near East. People benefitted greatly from the discussions, so much so that the formula was replicated by others, in other fields (for example the conference on the qanāts that I organized in 2000 with specialists of Greek History, Egyptian and Near Eastern History, geographers, archeologists). When I look back at my trajectory, I am particularly proud to have contributed to building bridges between different fields that until then ignored each other (or communicated through very narrow and intermittent channels).

KB: In what way do you think that new technologies, social media and the digital Humanities can help better transcend these barriers? I’m of course thinking of the website Achemenet, which you founded.

PB: The idea came to me when I came to Paris in 1999. I was at the time working on the Bulletin d’histoire achéménide, where I was updating all the available bibliography on the Achaemenid Empire. As I was going from year to year, I could see new documents coming from all the countries of the empire, from Samarkand to Sardis, and the idea came to me as an obvious fact: internet was the only way to gather and make accessible to all such data. I had become acquainted with internet during my numerous trips to the USA in the late 1980s. I remember a friend from Chicago telling me: “You want to order foie gras on the internet? I go on Yahoo”. I had no idea what that meant. When I came back to France, I told myself that I needed to have an email address. Luckily, I was then in Toulouse, and the Sciences faculty had a server. My first email address (briant@cict.fr) dates from 1990.

KB: And Achemenet?

PB: When I arrived at the Collège de France in 1999, I found someone who could provide me with technological assistance, as well as a colleague, Francis Joannès, who works on Achaemenid-Babylonian tablets and was enthusiastically ready to collaborate with me. The first demo of the Achemenet website took place in July 2000, during the International Assyriological Conference, which was taking place at the Collège de France. After that, we involved more collaborators, updated our techniques, etc. Achemenet is now 17 years old.

KB: It’s a teenager!

PB: There you go! The initial idea was to put online all the primary sources that had to do with imperial Achaemenid history, all the texts in all languages (Aramaic, Elamite, Babylonian, Greek, etc.), iconographic documents, coins, etc. That’s what we started doing and that’s what we’ll keep on doing thanks to new collaborations. I was able to create this program thanks to the Collège de France and the CNRS. I must add that the complete revamping of the site (2010-2012) also benefitted from private and public foundations such as the Fondation du Collège de France, the Fondation Bettencourt- Schueller, The Iran Heritage Foundation, the Soudavar Memorial Foundation and the Roshan Cultural Heritage Institute. But, of course, the gathering and interpretation of the documents was done with the help of colleagues from several countries. I am now passing on the torch to Damien Agut (CNRS/UMR ARSCAN, Nanterre[1]), a young colleague who specializes on 1st millennium BCE Egypt and who, together with Michel Chauveau, made available on Achemenet the Demotic ostraca of Ayn-Manawir. I am particularly happy to see that this editio princeps is open-access! The site will be hosted very soon on a CNRS-server[2].

We need to keep in mind that the chair I occupied between 1999 and 2012 at the Collège de France was the only one in the world that was specifically dedicated to the Achaemenid Empire. The only comparable position is currently at the EPHE (Paris). For the past 6 years, a gifted Dutch colleague (Wouter Henkelman) teaches seminars on the Elamite world, and works on the publication of a portion of the Persepolis tablets (some of which he made available on Achemenet.

But we should not be too pessimistic either. It is also because of the compartmentalized nature of scholarship, which leads so and so to specialize on Aramaic, Demotic, or Babylonian texts, or on archaeology, iconography or numismatics, that Achaemenid history is not being taught regularly at the moment.  Each colleague introduces students to a different part of Achaemenid history. This is why, in my view, a site like Achemenet is so vital: it contributes in a powerful way to the development of Achaemenid history across the world. A good indicator of this is the online journal ARTA, which we created in 2002. Since then, more than 50 articles were published. These are often very long and with many pictures, something which online publication allows; they are almost in all cases dedicated to the publication and historical analysis of new or recently discovered sources, be they written, iconographical or archaeological ones. This journal, the only one exclusively dedicated to Achaemenid history, filled a lacuna, and it is open-access. In sum, for a field like this one, the ability to express oneself on the internet is really the only way to disseminate knowledge and generate vocations and partnerships.

KB: According to you, what causes this quasi-absence of University positions on Achaemenid history worldwide?

PB: Many reasons explain this phenomenon. First, Achaemenid history is trapped between three jaws: the ‘eternal’ Greece, the ‘millennial’ Egypt, and the ‘mysterious’ Orient. What I mean by that is that there are three individualized and well-defined research fields: ancient Greek history, Egyptology and the history of the 3rd to 2nd millennium BCE Near East. Thus at the Collège de France, there is regularly a chair in Egyptology, another one in Assyriology, and there are always one or more specialist(s) of the Greek and Roman world. Traditionally – I’m not saying that all scholars still think like this – the history of the ‘Orient’ stopped with the conquest [the fall!] of Babylon by Cyrus in 539 BCE, which is actually the start of Achaemenid history (even though the Elamite pre-history of the Achaemenid empire is currently deeply studied as well). Egyptologists traditionally focus their attention on more ancient periods. As for Hellenists, they would have to deal with the Achaemenids only when discussing the Persian wars and Alexander’s conquests. There was no field specifically dedicated to the Achaemenid Empire per se. That’s what I tried to do, as much as I could, by trying to familiarize myself with each of these fields, so that I could conceive the book I wrote in 1992-1993 and published in 1996 (Histoire de l’Empire perse = From Cyrus to Alexander, 2002).

Another factor that comes into play is a linguistic one. Let’s take Pharaonic Egypt: You must learn hieroglyphics. It is not that easy, yet fundamentally, it is not beyond the humanly possible. As for Assyriology: you need to learn the cuneiform script and the languages that used this script (there are several linguistic subdivisions within this field). Greece: you learn ancient Greek (and Latin). If you wish to work on the Achaemenid Empire, all the more so on several of its regions at a time, you must be able to use not only Greek (epigraphic, literary) sources, but also Achaemenid evidence, that is royal inscriptions (but there are not that many), and texts in Aramaic, Lycian, Phrygian, Egyptian (in hieroglyphics or Demotic), Elamite, Babylonian, etc. Compared to what I faced in the early 1970s, things are easier now for students, especially if they work in Paris, London, Chicago, or Leiden. There, they can learn ancient Greek, the cuneiform script, Elamite, Aramaic, etc. Problems come later: Few supervisors will encourage their students, even the motivated ones, to prepare a thesis in Achaemenid history, simply because he/she won’t be able to find an academic position that fits his/her scholarly credentials. This is obviously the fundamental obstacle to the development of Achaemenid studies, not only in France, but in all countries.

KB: So would you say that the multilingual nature of Achaemenid sources is a central factor?

PB: That’s not what is central. We need at some point to have senior and junior people believe that Achaemenid history is fundamental, that it is not a peripheral field, but one that has its own scientific legitimacy. I will always remember a textbook on the history of the ancient Near-East written by someone remarkable – Paul Garelli – in the 1960s for the Nouvelle Clio series. Achaemenid history appeared in the section dedicated to the ‘peripheral worlds’. On the other hand, if you are aware from the start of the fundamental nature of Achaemenid history, things are easier. Even though they don’t master the empire’s 15 languages, students can embark on the journey. I did it in an empirical manner. I worked using the translations of Elamite texts, then directly on the texts themselves. And then at the same time, I was working using the translations of Babylonian and Aramaic texts, and was looking in parallel at the original text and read all the philological articles. So it’s not easy, but one can manage, as long as one allows oneself the means to do so. However, without any institutional support from universities, it is a very hard. You need to accept to work by yourself, which I did until 1982-1983, that is until the year when I started building bridges with scholars from other countries who were facing similar challenges. Seen in this light, my appointment at the Collège de France is a important moment, not only for me, but for the discipline, which could thenceforth count on this platform to, if I can say so, become more attractive thanks to conferences, seminars (published in a new series called Persika) and, of course, Achemenet.

KB: What about the next generation? Are you optimistic?

PB: Yes and no. I’ll start with the no. No, because Achaemenid history is fashionable these days, but among people who are mostly trained as Classicists, and who do not work systematically with Achaemenid sources. An opposing trend developed in the UK with the Achaemenid Workshops. These workshops were created in Gröningen (Netherlands) in 1980 by Heleen Sancisi-Weerdenburg, then internationalized in 1983 under the joined direction of Heleen Sancisi-Weerdenburg and Amélie Kuhrt. They wanted to launch a new conception of Achaemenid history, one that I had been defending independently from them for a decade or so at the time. I have been a regular participant to the workshops, and I have regularly worked with Heleen (until her death in 2000) and Amélie[3]. We were basically saying: Greek sources, yes, but we ought to use them with much critical thinking, and in order to do Achaemenid history, we need to use, first and foremost, sources that come from that very empire (obviously with the same critical mind). It was an obviousness. However, contrary to the claims of an absurd and sterile polemic, no one ever suggested that we discard Classical sources (cf. e.g. From Cyrus to Alexander [2002: 693-5: Another “Achaemenid” source, The Alexandrian historians], or Darius in the shadow of Alexander [2015: x-xv]).

As for the ‘yes’ part of my answer, I say “yes” because changes are happening in different areas. First in the field of Achaemenid Babylonia, which has grown in a fantastic way these past 15 years, thanks to the ability to access the documents housed in the British Museum. The same goes for Hellenistic Babylonia, which is studied not only using Greek Hellenistic sources anymore, but mostly starting from Babylonian and cuneiform documents. This field developed considerably in all European countries as well as in the USA. These scholars are aware of the need to study 1st millennium BCE Babylonia in order to properly link the Achaemenid and Hellenistic periods, all the way until the Parthian period. We could say the same, or almost, regarding Saite and Hellenistic Egypt, or regarding Anatolia, not to speak of Bactria.

Part 2 of the interview is accessible here

Notes, English text

[1] http://www.arscan.fr/

[2] http://www.huma-num.fr

[3] She has recently translated into English 28 of P.Briant’s articles. These are now gathered in Kings, Countries and Peoples. Selected studies on Achaemenid History (Oriens et Occidens 26), Stuttgart, 2017.

*********

Bien au-delà d’Alexandre : Une interview avec Pierre Briant, 1ère partie

Katherine Blouin : D’où vient votre intérêt pour les études classiques et l’histoire achéménide?

Pierre Briant : J’ai fait mes études supérieures à l’Université de Poitiers au début des années 60. J’ai été très vite intéressé par l’histoire grecque. (J’aimais bien le grec, que j’avais appris très jeune). Lorsque j’ai préparé l’agrégation en 1964-65, la question au programme en histoire ancienne portait sur le monde hellénistique. C’est alors que je me suis pris de passion pour cette période. J’ai lu par exemple la somme de Rostovtzeff (Social and Economic History of the Hellenistic World, 1941), et je suis resté profondément influencé par son approche, qui mettait en relief les continuités entre le monde achéménide et le monde hellénistique. En 1965, après l’agrégation, je me suis lancé dans une thèse d’État sur un successeur d’Alexandre le Grand, à savoir Antigone le Borgne, sous la direction de Pierre Lévêque. J’étais alors Professeur au Lycée de Montpellier, où je suis resté pendant 2 ans, entre 1965 et 1967. En 1967 j’ai été nommé Assistant d’histoire ancienne à l’Université de Tours. À partir de ce moment-là j’ai eu plus de temps pour travailler sur ma thèse, que j’ai soutenue à Besançon en 1972.

Après ma thèse, Pierre Lévêque m’a demandé ce que je comptais faire. Je lui ai dit que j’avais des projets sur les diadoques, c’était un peu vague. Il m’a dit : « On m’a demandé de refaire le Que sais-je? sur Alexandre de Paul Cloché, mais je n’ai pas le temps, j’ai trop de travail. Est-ce que vous voulez le faire? ». J’ai dit oui. J’ai lu le Que sais-je de Paul Cloché et c’était tellement loin de ce que je voulais faire, tellement narratif. J’ai donc écrit aux Presses Universitaires de France en disant que ce que je pouvais faire, c’était de le réécrire complètement. Ils m’ont dit oui, donc j’ai publié ce Que sais-je en 1974. C’est en préparant ce livre et en travaillant sur l’Asie Mineure et la Phrygie à l’époque d’Antigone que j’ai été attiré vers les Achéménides. Ce travail de thèse m’avait en effet amené à étudier les problèmes liés à la transition entre les Achéménides et les diadoques : c’est là que je me suis confronté pour la première fois à la question des continuités/ruptures, en étudiant de près un passage de Plutarque (Eum. 8; voir Antigone le Borgne, 1973, p.80-89); pour la première fois, je fus placé dans la situation de discuter des thèses de Rostovtzeff. J’y suis revenu ultérieurement dans un article spécifique (voir Rois, tributs et paysans, 1982, pp. 95-135).

Plus généralement, si je reviens au contexte de la première partie des années 70’, je voyais écrit partout que tout avait changé avec Alexandre, donc on passait d’une phase A à une phase B, mais personne n’expliquait ce qu’était la phase A, ni du côté des livres sur les Achéménides (malgré tout l’intérêt de l’History of the Persian empire [1948] de Olmstead), ni du côté des si nombreux livres sur Alexandre. Comme je ne voyais nulle part la réponse, j’ai commencé à travailler moi-même sur cette phase A. C’est ainsi que je suis peu à peu entré dans l’histoire achéménide, à travers l’histoire d’Alexandre.

À partir de 1974-1975, j’ai continué à travailler sur ces sujets-là et j’ai préparé une étude qui est parue en 1976 dans les Dialogues d’histoire ancienne sur ce que les auteurs grecs appelaient les brigands des montagnes dans l’Empire perse, en particulier dans le Zagros achéménide. On parlait de brigands qui menaçaient jusqu’à l’existence des résidences royales, y compris Persépolis. En reprenant tous les textes j’ai démontré que c’était une vision très partielle et très fausse des rapports entre le Grand Roi et les peuples du Zagros à l’époque achéménide, qui étaient fondés, en réalité, sur le don et le contre-don. C’est à ce moment-là aussi que j’ai commencé à découvrir toute la documentation proprement achéménide, et que j’ai appris à sortir des sources classiques (sans les abandonner, bien au contraire), et à travailler sur les tablettes de Persépolis (une documentation alors à peu près inconnue des historiens classiques). Je me souviens que j’avais fait acheter dès 1970 le gros volume publié en 1969 par Richard Hallock (Persepolis Fortification Tablets) par la bibliothèque de l’Université de Tours : la bibliothécaire s’était montrée très étonnée que je m’intéresse à ces choses. À partir de ce moment-là, le champ de recherches sur l’empire achéménide, Alexandre, et les diadoques ne faisait qu’un. Pour cette raison, lorsque je suis entré au Collège de France en 1999, j’ai nommé ma Chaire « Histoire et civilisation du monde achéménide et de l’empire d’Alexandre ».

KB : Le nom de votre Chaire m’avait d’ailleurs marquée dans la mesure où il me semble qu’il illustre parfaitement votre conception de la complexité du monde achéménide. Était-ce une façon de remettre en question les frontières disciplinaires traditionnelles dans le domaine de l’histoire ancienne?

PB : Oui, sans aucun doute, j’aime me voir comme un passeur, dans la mesure où étudier la transition entre le monde achéménide et le monde hellénistique, c’est tenter d’allier dans un même champ des documentations et des interrogations qui relevaient alors communément de champs différents et largement fermés l’un à l’autre. Aujourd’hui les choses ont évolué, surtout chez ceux-celles qui travaillent sur la Babylonie ou l’Egypte hellénistiques, qui considèrent qu’ils doivent prendre en compte ce qui a été souvent appelé la « période pré-hellénistique » (une formulation contestable d’inspiration téléologique). Mais il y a encore beaucoup de chemin à faire, particulièrement lorsque l’on regarde les manuels d’histoire hellénistique. On commence en général soit avec Alexandre, soit à la mort d’Alexandre. Tout à coup, un monde apparaît, les étudiants n’ont aucune idée de ce qu’il y avait auparavant.

KB : Effectivement. Une des choses que je trouve particulièrement frustrantes en tant qu’enseignante de cours généraux d’histoire « grecque » ou « romaine » est le délai entre le rythme auquel la recherche évolue, et celui auquel le contenu des manuels est mis à jour. Avez-vous des pistes de solution à proposer?

PB : Les éditeurs portent une part de responsabilité, car ils aiment à reprendre sans cesse les mêmes catégories. Pour eux, il y a la Grèce classique et le monde hellénistique, mais le monde achéménide est le plus souvent absent.  Les enseignants ont aussi leur part de responsabilité, car dans les universités, l’histoire ancienne reste, sauf exception, réduite à la Grèce et à Rome, particulièrement en France en raison des programmes immuables des concours de recrutement (CAPES et Agrégation), où l’histoire ancienne est réduite à la Grèce et à Rome.  Il conviendrait, me semble-t-il, même si je sais que ce n’est pas toujours facile à faire, que les collègues approchés par un éditeur imposent leur vision de chercheurs; dans le cas d’un manuel sur le monde hellénistique, il convient que le monde achéménide soit présent, non pas nécessairement pour postuler des continuités dans tous les domaines, mais aussi pour pouvoir montrer aux étudiants la nature et le rythme des transformations apportées par les royaumes hellénistiques. Je dois dire aussi, pour être tout à fait franc, que j’ai senti une grande résistance de la part de collègues lorsque j’étais à l’Université de Toulouse de 1974 à 1999. J’y ai enseigné l’histoire achéménide et en 1996, je crois, j’ai créé un module d’introduction à l’histoire du Proche-Orient ancien. Beaucoup d’étudiants venaient, mais des collègues me disaient qu’il valait mieux se concentrer sur la Grèce et Rome, au lieu de prendre du temps pour des domaines qui n’étaient pas de notre ressort. Comme vous voyez, c’est très difficile de faire changer les choses, mais bon, je ne suis pas complètement désespéré, mais mon optimisme raisonné se heurte parfois à la réalité. C’est votre génération maintenant qui doit faire changer les choses.

KB : Pour revenir à la question du rapport entre chercheurs et éditeurs : Je pense aussi que ceux d’entre nous qui avons des positions permanentes sommes aussi moins vulnérables que les jeunes chercheurs sans emploi ou à contrat. Ceci étant, croyez-vous que les chercheurs seniors ont une responsabilité supplémentaire à cet égard?

PB : Oui, certainement. Mais il faut que les chercheurs seniors aient compris de quoi il s’agissait, ce qui n’est pas toujours le cas. Comme je le disais, les choses changent (en témoigne par exemple en France le récent manuel Les mondes hellénistiques paru en 2017 sous les signatures de Clancier, Coloru et Gorre), mais trop lentement à mon goût. Il y a encore cette coupure entre le monde égéen et le monde proche-oriental. Lorsque nous (Jean Andreau, Raymond Descat et moi-même) avons créé les rencontres d’histoire économique de Saint-Bertrand de Comminges au début des années 1990, nous avons décidé d’inviter des spécialistes de Rome, de la Grèce et du Proche-Orient. Les gens ont tiré beaucoup profit des discussions, si bien que la formule a été reprise par d’autres, dans d’autres champs (par exemple le colloque sur les qanāts que j’ai organisé en 2000 en faisant appel à des spécialistes d’histoire grecque, d’histoire de l’Egypte et du Moyen-Orient, des géographes et des archéologues). Lorsque je fais un retour sur mon parcours, je suis particulièrement fier d’avoir contribué à créer des ponts entre différents champs qui s’ignoraient (ou qui communiquaient à travers des contacts personnels et intermittents).

KB : De quelle façon pensez-vous que les nouvelles technologies, les médias sociaux, et les digital humanities peuvent aider à transcender davantage ces barrières? Je pense évidemment au site Achemenet, dont vous êtes le fondateur.

PB : L’idée s’est imposée à moi lorsque je suis arrivé à Paris en 1999. Je travaillais à ce moment-là sur les Bulletin d’histoire achéménide, où je mettais à jour toute la bibliographie sur l’empire achéménide. Au fur et à mesure des années, je voyais apparaître des documentations nouvelles dans tous les pays de l’empire, de Samarkand à Sardes, et l’idée m’est venue comme une évidence : la seule façon de les rassembler et de les mettre à disposition de tout le monde, c’était d’utiliser internet. J’avais été sensibilisé à internet après mes nombreux voyages aux États-Unis, à la fin des années 80. Je me souviens qu’alors, un collègue et ami à Chicago me dit : « Veux-tu commander du foie gras sur internet? Je vais sur Yahoo ». Je ne savais pas ce que ça voulait dire. Quand je suis revenu en France, je me suis dit qu’il fallait que j’aie le courrier électronique. Fort heureusement, j’étais à Toulouse et à la fac des sciences, il y avait un serveur dédié. Mon premier courrier électronique date donc de 1990 (briant@cict.fr).

KB : Et Achemenet?

PB : Lorsque je suis arrivé au Collège de France en 1999, j’ai trouvé quelqu’un qui pouvait m’aider techniquement, et un collègue, Francis Joannès, qui travaille sur les tablettes babyloniennes d’époque achéménide, prêt à collaborer avec enthousiasme. La première démonstration du site d’Achemenet a eu lieu en juillet 2000, lors de la Rencontre assyriologique internationale, qui a eu lieu au Collège de France. Après, nous avons élargi le champ de collaborations, changé des techniques, etc. Achemenet a maintenant 17 ans.

KB : C’est un adolescent!

PB : Voilà! L’idée de départ était de pouvoir mettre en ligne toutes les documentations primaires qui sont relatives à l’histoire impériale achéménide, tous les textes dans toutes les langues (araméen, élamite, babylonien, grec, etc.), les documentations iconographiques, les monnaies, etc. Ce qu’on a commencé à faire et ce qu’on va continuer à faire en établissant d’autres collaborations. J’ai pu mener à bien la création de ce programme grâce à l’aide du Collège de France et à l’aide du CNRS. Je dois ajouter que, dans la phase de rénovation totale du site (2010-2012), nous avons bénéficié également de l’aide de Fondations privées et publiques, telles que la Fondation du Collège de France, la Fondation Bettencourt-Schueller, The Iran Heritage Foundation, the Soudavar Memorial Foundation et the Roshan Cultural Heritage Institute. Mais, bien sûr, le travail de rassemblement et d’interprétation des documents fut mené grâce à la collaboration de collègues de nombreux pays.

Je vais maintenant transmettre le flambeau à un jeune collègue qui est au CNRS, Damien Agut (CNRS/UMR ARSCAN, Nanterre[4]), un spécialiste de l’Egypte du premier millénaire, qui, avec Michel Chauveau, a mis en ligne sur Achemenet les ostraka démotiques d’Ayn-Manawîr. Je suis particulièrement heureux de ce qui est une editio princeps en ligne! Le site sera très bientôt hébergé sur un serveur du CNRS[5].

Il faut considérer qu’à l’heure actuelle, la chaire que j’ai occupée au Collège de France de 1999-2012 était la seule dans le monde qui était dédiée spécifiquement à l’empire achéménide. La seule comparable est à l’EPHE. Depuis 6 ans, un jeune collègue hollandais (Wouter Henkelman) y enseigne le monde élamite, et plus particulièrement est chargé de la publication d’une partie importante des tablettes de Persépolis, dont il a mis une centaine en ligne sur Achemenet.

Mais il convient de ne pas être trop pessimiste non plus. Si l’histoire achéménide n’est pas actuellement enseignée régulièrement, c’est aussi en raison de la division du travail érudit, qui amène tel-le ou tel-le à se spécialiser sur les textes araméens, sur les textes démotiques, sur les textes babyloniens, ou bien encore sur l’archéologie, l’iconographie ou la numismatique. Chacun de ces collègues introduit une facette de l’histoire achéménide à ses étudiants. C’est ce qui rend encore plus décisive (à mes yeux) l’existence d’un site et d’un programme comme Achemenet, qui contribue puissamment au développement des connaissances sur l’histoire achéménide dans le monde. Le montre très clairement la revue en ligne que nous avons créée en 2002 sous le nom ARTA : depuis lors, plus de cinquante articles ont été publiés; ce sont souvent des articles très longs et très illustrés, car la publication sur internet le permet; par ailleurs, ces articles sont presque uniquement consacrés à la publication et à l’analyse historique de documents nouveaux ou/et récents, aussi bien des documents écrits que des documents iconographiques et archéologiques. Cette revue est venue combler une lacune, puisque c’est la seule revue exclusivement dédiée aux études achéménides. Qui plus est l’accès est aisé et libre : chacun-e peut télécharger les articles comme bon lui semble. Bref, pour un champ comme celui-ci, avoir la possibilité de s’exprimer sur internet est vraiment la seule façon de diffuser les connaissances, de susciter des vocations et des collaborations.

KB : Qu’est-ce qui selon vous explique cette quasi absence de chaire universitaire d’histoire achéménide dans le monde?

PB : Plusieurs raisons expliquent ce phénomène. D’abord, l’histoire achéménide est prise en étau, entre trois mâchoires : La Grèce ‘éternelle’, l’Égypte ‘millénaire’, et l’Orient ‘mystérieux’. Je veux dire par là qu’il y a trois champs de recherche qui sont très bien individualisés et repérés : l’histoire grecque, l’égyptologie, et l’histoire du Proche-Orient aux 3e et 2er millénaires avant notre ère. Ainsi au Collège de France, il y a régulièrement une chaire d’égyptologie, une autre d’assyriologie, et il y a toujours un ou plusieurs spécialiste(s) du monde grec et romain. Traditionnellement – je ne dis pas que tous les chercheurs pensent encore ainsi – l’histoire de l’ « Orient » s’arrêtait avec la prise [la chute!] de Babylone par Cyrus en 539, ce qui est le début de l’histoire achéménide (même si la préhistoire élamite de l’empire donne lieu actuellement à des études très importantes). Les égyptologues concentraient traditionnellement leur attention sur les hautes périodes. Pour les hellénistes, les Achéménides apparaissaient lors des guerres médiques et de la conquête d’Alexandre. Il n’y avait pas un champ dédié à l’empire achéménide en tant que tel. C’est ce que j’ai essayé de faire à ma mesure en essayant de me rendre familier de chacun de ces secteurs, de manière à concevoir le livre que j’ai écrit en 1992-1993 et qui est paru en 1996 (Histoire de l’Empire perse).

Un autre facteur est linguistique. Prenons l’Égypte pharaonique : Vous devez apprendre les hiéroglyphes. Ce n’est pas si simple que ça, mais fondamentalement, ce n’est pas une tâche surhumaine. L’assyriologie : vous apprenez le cunéiforme et les langues que véhicule cette écriture (il y a de nombreuses subdivisions linguistiques à l’intérieur de ce champ). La Grèce : vous apprenez le grec (et le latin). Si vous voulez travailler sur l’Empire achéménide, à plus forte raison sur plusieurs régions à la fois, vous devez être capable d’utiliser les sources grecques (épigraphiques ou littéraires), mais aussi et surtout les sources proprement achéménides, c’est-à-dire les inscriptions royales (mais elles ne sont pas nombreuses), les textes araméens, lyciens, phrygiens, égyptiens (en hiéroglyphique ou en démotique), élamites, babyloniens etc. Aujourd’hui la situation pour les étudiants est plus aisée que ce que j’ai connu au début des années 70’ du siècle dernier. En particulier s’ils travaillent à Paris, Londres, Chicago, ou Leiden,  ils ont accès à des cours de grec, de cunéiforme, d’élamite, d’araméen, etc. Le problème vient plus tard : peu de directeurs conseilleront à un étudiant même motivé de faire une thèse en histoire achéménide, tout simplement parce qu’il-elle ne trouvera pas à l’université de poste qui corresponde à sa formation de chercheur. C’est là évidemment l’obstacle fondamental au développement des études achéménides, non seulement en France mais dans tous les pays du monde.

KB : Vous pensez donc que la question du multilinguisme des sources achéménides est un facteur central?

PB : Ce n’est pas ça qui est central. Il faut qu’il y ait à un moment donné des gens seniors et juniors qui pensent que faire de l’histoire achéménide est fondamental, que ce n’est pas seulement un champ périphérique, mais un champ qui a sa propre légitimité scientifique. Je me souviendrai toujours d’un manuel sur l’histoire du Proche-Orient ancien fait par quelqu’un de tout à fait remarquable, Paul Garelli, qui était paru dans les années 60’ dans la collection Nouvelle Clio. L’histoire achéménide y était traitée dans la section des « mondes périphériques ».  En revanche, si vous avez cette conscience première du caractère fondamental de l’histoire achéménide, les choses sont plus claires. Même sans maîtriser les quinze langues de l’empire, les étudiants peuvent se lancer dans l’aventure. Je l’ai fait de façon empirique. J’ai travaillé sur les traductions de textes élamites, ensuite directement sur les textes eux-mêmes. Et puis en même temps je travaillais sur les traductions des textes babyloniens et araméens, et je regardais en parallèle le texte original et lisais tous les articles de philologues. Donc ce n’est pas facile, mais on peut y arriver, à condition de s’en donner les moyens. Par contre, sans base institutionnelle dans les universités, c’est très difficile. Il faut accepter de travailler en franc-tireur, ce que j’ai fait jusqu’en 1982-1983, date à laquelle j’ai noué des liens étroits avec des chercheurs, qui, dans différents pays, se trouvaient confrontés aux mêmes difficultés. De ce point de vue, mon élection au Collège de France est à marquer d’une pierre blanche, non seulement pour moi-même, mais pour la discipline, qui a eu dès lors une vitrine, rendue plus attirante encore (si je puis dire) grâce à l’organisation de colloques, de séminaires, publiés dans une collection créée alors (Persika), grâce aussi bien sûr à Achemenet.

KB : Qu’en est-il de la relève? Êtes-vous optimiste?

PB : Oui et non. Je vais commencer par le non. Non, parce que l’histoire achéménide est à la mode, mais auprès de gens qui sont essentiellement de formation classique, et qui ne travaillent pas systématiquement sur les sources achéménides. Un courant s’est même créé en Grande-Bretagne qui veut se poser en opposition aux Achaemenid workshops. Ces Workshops ont été créés en 1980 à Gröningen aux Pays-Bas par Helen Sancisi-Weerdenburg puis internationalisés à partir de 1983 sous la direction commune d’Heleen Sancisi-Weerdenburg et d’Amélie Kuhrt : elles voulaient lancer une nouvelle conception de l’histoire achéménide, que j’avais moi-même déjà proposée indépendamment depuis une dizaine d’années. J’y ai d’ailleurs participé régulièrement, et j’ai régulièrement collaboré avec Helen (jusqu’à sa disparition en 2000) et avec Amélie[7]. On disait grosso modo : les sources grecques, oui, mais il faut les utiliser avec beaucoup d’esprit critique, et pour faire de l’histoire achéménide, il faut recourir, d’abord, aux sources qui proviennent directement de cet empire (évidemment avec le même esprit critique). C’était d’une rare évidence. Mais, contrairement à ce que prétend une polémique absurde et stérile, personne n’a jamais proposé de ne plus recourir aux sources classiques (Cf. e.g. Histoire de l’empire perse [1996: 713-715] : Une autre source « achéménide », les historiens d’Alexandre, ou Darius in the shadow of Alexander [2015: x-xv]).

Pour ce qui est de la part positive de la question précédente, je dis aussi « oui » parce que des changements s’opèrent dans plusieurs secteurs. D’abord le domaine de la Babylonie achéménide a connu un développement absolument fantastique ces 15 dernières années, en raison de la mise à disposition de ressources documentaires du British Museum. Il en va de même de la Babylonie hellénistique, non plus uniquement à partir des sources hellénistiques grecques, mais surtout à partir de la documentation babylonienne en cunéiforme. Ce champ s’est développé dans des proportions considérables dans tous les pays européens et aux États-Unis. Ces chercheurs sont conscients de la nécessité d’étudier la Babylonie du 1er millénaire avant notre ère, soit de faire le lien entre la période achéménide et la période hellénistique, jusqu’à la période parthe. On pourrait faire la même remarque, ou presque, à propos de l’Égypte entre l’époque saïte et l’époque hellénistique, ou encore à propos de l’Anatolie, sans parler de la Bactriane.

La seconde partie de l’entrevue est disponible ici

Notes, texte français

[4] http://www.arscan.fr/

[5] http://www.huma-num.fr

[6] http://www.achemenet.com/fr/tree/?/sources-textuelles/textes-par-langues-et-ecritures/elamite/archives-des-fortifications-de-persepolis.

[7] Elle vient de traduire en anglais 28 des articles de P.Briant. Ceux-ci sont désormais réunis dans Kings, Countries and Peoples. Selected studies on Achaemenid History (Oriens et Occidens 26), Stuttgart, 2017.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s